Consommer les produits locaux ou ceux provenant de l’étranger?
La question vue de Suisse

Les négociations en cours à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) visent à faciliter le commerce mondial en réduisant progressivement les taxes douanières, notamment sur les produits agricoles. Selon des producteurs suisses, ces accords signeraient l’arrêt de mort de certaines productions alimentaires indigènes. Celles-ci ne seraient pas concurrentielles par rapport aux produits importés. En Suisse, la main-d’œuvre est jusqu’à quatre fois plus chère qu’en Allemagne, en France ou en Espagne. D’autres ne partagent pas cette opinion et réclament une plus grande ouverture du marché suisse. C’est notamment le point de vue d’une partie des consommateurs.

L’ouverture des frontières aux produits alimentaires étrangers suscite donc des réactions contrastées. En voici quelques exemples:

"Moi, ça ne me fait strictement rien que certains de nos maraîchers disparaissent. Tant mieux s'ils sont concurrencés par des producteurs de pays en voie de développement, comme le Maroc. Eux aussi ont droit à leur part du gâteau. Ici, nous ne vivons tout de même plus dans une société agricole, non? Comme dans d'autres domaines, nous devons donc nous spécialiser dans la recherche: comment produire mieux, à moins de frais, et pour le plus grand bien collectif."

Infra Rouge du 25 mai 2004, Télévision suisse romande, SMS d’un téléspectateur

"L'avenir nous obligera à revenir aux produits régionaux. Pour éviter les cartels, la dépendance, l'exploitation, le transport polluant, les emballages polluants... Savoir ce que l'on achète, garder un contact humain avec le vendeur, supprimer les intermédiaires, il y a beaucoup d'économies à faire. Redécouvrir les saisons".

Ibid

"Nous vivons sur la même planète. Arrêtons le protectionnisme. Tous les autres marchés s'ouvrent."

Ibid

"Le week-end passé, j’étais invité dans la commune de montagne de Mosnang, dans le Toggenbourg. Elle commémorait ses 1150 ans. Il m’a été donné de connaître une communauté villageoise intacte, dans un paysage merveilleux. On nous a servi des plats exquis préparés avec des produits suisses. Nous avons ainsi participé d’une culture populaire vivante. La Suisse est célèbre et appréciée pour sa diversité. Sa culture populaire en est précisément un exemple. Sa musique, ses costumes ou ses spécialités culinaires: luganighe tessinoises, raclette valaisanne, vin blanc romand, pommes thurgoviennes ou saucisses saint-galloises. Presque chaque région possède ses sortes de pain et de fromage. Toute cette diversité a ses racines dans la culture paysanne. Plus la mondialisation suscite l’enthousiasme, plus les gens apprécient les valeurs particulières et originales."

Discours du Conseiller fédéral Christoph Blocher, lors de la cérémonie d’ouverture de l’OLMA, Foire suisse de l’agriculture et de l’alimentation, www.ejpd.admin.ch/doks/red/content/red_view-f.php?redID=255&redTopic=Verschiedenes

 
 
Copyright © 2005 . Lauriedesign Sàrl - Graphisme & Web Design . Tous droits réservés.