L’incroyable tour du monde d'une paire de jeans

Un très long parcours
Du coton béninois à l’assemblage tunisien, la confection d’une paire de jeans équivaut à un long voyage: 65 000 kilomètres de va-et-vient au minimum…

Le jean est par excellence un produit de culture globale. On le porte dans de nombreux pays du monde, au Nord comme au sud, à l’Est comme à l’Ouest. La production du jean est, elle aussi, mondiale. A titres divers, nombreux sont les pays concernés par sa fabrication.

Les ateliers de conception et de design sont généralement situés dans les pays du Nord où demeurent la majorité des acheteurs potentiels. Les jeans sont ensuite commandés aux fabricants travaillant dans le monde entier.

Le coton nécessaire à la fabrication des jeans est récolté à la main. Il provient du Pakistan, de la Corée du Sud, du Bénin, du Burkina Faso ou d’autres pays d’Afrique de l’Ouest où les colonisateurs français ont introduit cette culture il y a une centaine d’années…

Après la récolte, le coton est préparé (on sépare les fibres de la graine et des feuilles), séché puis conditionné en ballots dans les usines locales. Il est ensuite acheminé dans les filatures, soit sur place comme au Pakistan ou en Corée du Sud, soit en Italie (usine Italdenim) pour le coton béninois.
A l’usine Italdenim de Milan, le coton est filé, tissé et teint avec de l’indigo synthétique, puis manufacturé à Francfort (Allemagne), soit quelque 500 km au nord, pour devenir une toile rigide d’un bleu sombre, le denim Kansas.

C’est à Ras Jebel, en Tunisie, que la toile sera coupée, assemblée et cousue…
Trois usines confectionnent les vêtements Lee Cooper à Ras Jebel. Leur présence a attiré d’autres fabricants et entraîné l’introduction de cours de couture à l’école locale. Dans l’une de ces usines, 500 ouvrières travaillent à un rythme effréné. Chacune a sa spécialité: fermetures-éclair, poches, coutures latérales, ourlets; chacune travaille comme un automate, répétant à vive allure les mêmes gestes toute la journée. Les primes dépendent du rendement. Une ouvrière qualifiée touche 220 dinars nets par mois (280 francs suisses), soit moins de fr. 1,50 à l’heure.

Le délavage du jean s’effectue dans d’immenses machines à laver industrielles où la toile Denim devient douce par frottement contre des pierres ponces provenant d’un volcan éteint en Turquie.
L’entreprise turque qui fournit les pierres ponces doit constamment s’adapter aux délocalisations des unités de production des firmes transnationales. La carrière qui exploite la production de pierres ponces est l’une des rares pourvoyeuses d’emplois de la région et les habitants souhaitent voir d’autres entreprises s’y installer.

De la fibre polyester (produite au Japon à base de produits pétroliers) est utilisée pour les fils des coutures, eux-mêmes fabriqués en Irlande du Nord, en Hongrie ou en Turquie. La bande de polyester de la fermeture-éclair est produite en France par la firme japonaise YKK. Le laiton des dents de la fermeture-éclair provient aussi du Japon. Les rivets et une partie des boutons, également en laiton, sont fournis par PRYM, une entreprise allemande produsant son propre laiton à partir de zinc et de cuivre importés d’Australie et de Namibie.

Enfin, les jeans quittent la Tunisie par train et bateau pour être stockés dans un entrepôt Lee Cooper en France, avant d’arriver sur les rayons des magasins de vêtements londoniens, lyonnais, fribourgeois ou japonais!

Source: The Guardian, Londres – Fran Abrams et James Astill. Extraits de l’article L’incroyable tour du monde d’un jean, Courrier international, 2.8.2001

Lorsque le parcours passe par la Suisse

Il est devenu courant qu'une paire de jeans soit fabriquée dans différents pays. En Suisse, il se peut que le label swiss made soit autorisé même si la moitié de la fabrication a lieu dans d'autres pays. On estime à environ 19'000 kilomètres le chemin parcouru entre la récolte du coton et la paire de jeans prête à être commercialisée.

Le patron (schéma pour la confection) est envoyé de Suisse par fax ou via Internet à la fabrique située aux Philippines.
Le coton est récolté en Inde, puis expédié en Chine.
En Chine, le coton est filé avec des machines suisses.
Le coton filé est teint aux Philippines avec de l'indigo venu d'Allemagne ou de Suisse. La teinture est très polluante. Des substances chimiques se répandent dans l'air, l'eau et la terre sans aucun contrôle. Cette opération porte préjudice à la santé des ouvriers et ouvrières - ce sont souvent des enfants.
La doublure et le label de lavage proviennent de France, les boutons et les rivets d'Italie.
Toutes les pièces sont expédiées par avion aux Philippines où s'effectue la couture.
Les travaux de finition se font en Grèce.
Les jeans sont acheminés, vendus et portés en Suisse.
Après usage, ils atterrissent dans une collecte de vieux vêtements.
Ils sont ensuite acheminés vers une entreprise de tri.
Finalement, ils repartent pour l'Afrique et sont portés une nouvelle fois au Ghana.

Richard Gerster, Ethique et mondialisation, éditions LEP, Lausanne, 2005 à paraître

Activités

1. Du texte à la carte

Après avoir lu "L’incroyable tour du monde des jeans", complète le tableau (à télécharger ici). Dans la première colonne, note les étapes de la fabrication d’une paire de jeans. Dans la deuxième, relève les pays où se déroulent ces opérations. Dans la dernière, imagine et dessine un symbole qui illustre chaque étape de la fabrication.
A l’aide de la boîte à outils, cherche une carte du monde.
Place les symboles sur chaque pays concerné.
Ajoute des flèches pour montrer le parcours suivi par ta paire de jeans.

Ta carte est terminée. Que remarques-tu? Confronte tes remarques à celles de tes camarades.
Recherche dans le dossier des informations pouvant compléter ton travail.


 
 
Copyright © 2005 . Lauriedesign Sàrl - Graphisme & Web Design . Tous droits réservés.