La guerre du coton

Le coton, matière première de base pour la confection des jeans, est au centre d’une guerre commerciale entre pays aux intérêts divergents. L’OMC tente de régler ce différend, ce qui ne se fait pas sans mal.



Les vingt principaux pays exportateurs de coton

Etats en présence

Brésil, pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, notamment Bénin, Mali, Burkina-Faso, Tchad;
Etats-Unis, Chine, Union européenne


Les vingt principaux pays importateurs de coton

Origine du conflit

Les Etats-Unis et l’Union européenne subventionnent leurs producteurs afin que leur coton soit compétitif sur le marché mondial.
Le Brésil s’estime lésé par les subventions américaines et a déposé plainte devant l’OMC. Selon l’Etat brésilien, les subventions américaines entraînent une surproduction et une baisse des prix sur le marché mondial, contraignant des milliers de petits producteurs à abandonner leur culture devenue insuffisamment rentable. Le Burkina Faso, le Mali, le Tchad et le Bénin font le même constat.
Avis partagé par certains pays africains qui "ne demandent pas un traitement d’exception mais, au contraire, le respect, par tous, des règles de l’Organisation mondiale du commerce*. Ibrahim Maloum, président de l’ACA, Association cotonnière africaine

L’enjeu

  • Les Etats-Unis veulent que leurs agriculteurs puissent continuer à produire et à exporter leur coton. Sans subventions, les grandes exploitations hautement mécanisées suite à des investissements financiers importants, seraient en faillite, leurs coûts de production n’étant pas couverts par le prix du coton sur le marché mondial.
  • Des Etats africains veulent éviter une baisse du prix du coton. Plusieurs millions de petits producteurs dépendent du coton pour nourrir leur famille et cette culture génère de nombreux emplois, contribue au développement industriel, offre des revenus aux paysans et introduit de nouvelles technologies. Les exportations de coton permettent d’obtenir des devises indispensables au développement de ces Etats.

La stratégie

  • Les Etats-Unis veulent continuer à subventionner le coton à la production et à l’exportation et ainsi casser les prix; sous la pression de l’OMC, ils reconnaissent le problème et s’engagent à adopter une feuille de route: diminution progressive des subventions. Mais ils ne réduiront leurs subventions que si l’UE et la Chine font de même.
  • Quatre Etats africains (Burkina Faso, Mali, Tchad et Bénin) portent plainte auprès de l’OMC, demandent la suppression pure et simple des subventions octroyées aux agriculteurs de coton américains et une compensation financière de l’ordre de 250 millions par an sur 4 ans, afin de couvrir les pertes économiques causées par l’octroi des subventions.

Les acteurs en présence (exemple)

Production en tonnes
2001/2002
Producteurs de coton
Exportations en tonnes 2001/2002
Subventions
Prix
Salaire
Etats-Unis 4'420’000
(25% de la production mondiale)
25 000 2'400’000
(35% de la production mondiale)
Oui
(3 à 4 milliards de dollars)
40% plus cher que le coton africain, non subventionné 2 500 producteurs touchent un million $ de subventions. Les autres se partagent le reste de la subvention
Cameroun 100 000
(0.5% de la production mondiale)
2'500'000 personnes subsistent grâce à la filière coton 95 000
(1.5% de la production mondiale)
non
  Un petit exploitant gagne en moyenne 300 $ par an, avec lesquels il fait vivre près de dix personnes

Les grandes batailles

  • Septembre 2003: le Brésil dépose plainte auprès de l’OMC contre les subventions des USA à ses producteurs de coton.
  • Le Mali, le Burkina Faso, le Tchad et le Bénin demandent la suppression des subventions.
  • Septembre 2003, Cancun: ces revendications sont traitées avec indifférence par les USA et l’Union européenne (UE).
  • 26 avril 2004: l’OMC déclare illégales les subventions américaines aux producteurs de coton.
  • Juillet 2004: l’OMC s’engage à traiter le coton "de manière ambitieuse, rapide et spécifique".
  • 18 octobre 2004: les USA font appel contre la décision de l’OMC.
  • Octobre 2005: Les ministres des pays africains concernés attirent l’attention sur l’urgence de la situation et démontrent que les engagements pris par l’OMC ne sont pas respectés. Ils attendent des résultats concrets et substantiels et non des déclarations non tenues.

Les conséquences

Le coton africain est menacé de disparaître. Le coton fait vivre plus de 15 millions de personnes en Afrique. Elles risquent de tomber dans la misère. Dans certains pays, le coton représente plus de la moitié des recettes d’exportations de l’Etat.

Ram Etwareea, L’OMC condamne les subventions américaines, le Temps, 4 mars 2005
Charlotte Cans, Dialogue de sourds, J.A./L’Intelligent, 30.01 – 5.02.2005
Daniel Ibrahima, Le coton, culture et développement en Afrique, Cameroon Tribune, 30.08.2004
By Djarmaila, Coton africain : la menace qui vient du Nord, Cameroon Tribune, 30.08.2004
Christian Chavagneux, Victoire du Sud dans la guerre du coton, Alternatives économiques, juin 2004
www.monde-diplomatique.fr/2003/09/LINARD/10449?var_recherche=coton

Activités

1. A l’aide des informations fournies sur les sites: www.snv.jussieu.fr/bmedia/textiles/01-coton-historique.html et www.tve.org/ho/doc.cfm?aid=422&lang=French, représente schématiquement les différentes étapes de la fabrication d’un fil de coton, traditionnel ou bio, et ses différentes utilisations possibles.

2. Un élève ou un groupe d’élèves joue le rôle d’un producteur de coton malien; un autre, d’un producteur américain. Deux autres représentent l’Etat béninois et les Etats-Unis. Chacun présente sa situation et les problèmes qu’il rencontre en tenant compte des aspects écologiques, économiques et sociaux de la production du coton dans son pays.

Les présentations étant faites, les autres élèves cherchent des solutions susceptibles de réconcilier les protagonistes, en tenant compte à nouveau des aspects écologiques, économiques et sociaux. Il ne devrait y avoir ni vainqueurs ni vaincus.

Les solutions trouvées sont-elles en accord avec:

  • la Convention de l’OIT mentionnée plus haut?
  • les droits humains?
  • les intérêts des consommateurs?

__________

www.nationmaster.com
unité = mille ballots = 250 kilos

www.nationmaster.com

 
 
Copyright © 2005 . Lauriedesign Sàrl - Graphisme & Web Design . Tous droits réservés.