Jeans solidaires

L’origine

Tout est né d’un constat: si l’on accepte l’idée que l’expansion du commerce international est bénéfique pour tous, il faut bien se rendre compte qu’elle est malheureusement accompagnée de la domination de la plupart des filières par les multinationales. Par conséquent, les petits producteurs se font marginaliser et doivent travailler dans des conditions indignes des droits de l’homme pour réussir à s’en sortir. L’écart Nord-Sud se creuse, les plus faibles ne peuvent survivre. C’est pourquoi des ONG se sont mobilisées à partir des années 60 pour:

  • créer des partenariats commerciaux afin d’aider les petits producteurs (commerce équitable);
  • encourager les grandes entreprises à faire respecter les droits de l’homme dans leurs filiales présentes dans les pays en développement (commerce éthique);
  • créer des structures fondées sur des valeurs de solidarité et de partage (économie solidaire);
  • sélectionner et mettre sur le marché des produits ayant un maximum de retombées positives sur l’environnement et la communauté, tout en contribuant au développement de l’économie locale (commerce responsable);
    Le tout s’inscrivant dans le concept plus large du développement durable, lequel aspire à concilier croissance, respect de l’environnement et équilibres sociaux.

infos.equiterre.com/article.php?id_article=101

Le principe

... Le coton utilisé pour ces vêtements est payé aux producteurs africains de 10 à 20% plus cher que le cours mondial. Max Havelaar leur assure aussi une protection sociale et un écosystème préservé des pollutions chimiques, précision cruciale dès qu'il s'agit de coton: sa culture utilise 25% des pesticides mondiaux pour seulement 2,5% des terres cultivées. Acheter un T-shirt labellisé, c'est donc contribuer à faire vivre dignement "20 000 familles d'agriculteurs d'ici à la fin 2005", estime Simon Pare, responsable pour la recherche et le développement chez Max Havelaar France.

L'Express du 02/05/2005

La réalité

Les initiatives pour promouvoir le commerce équitable sont encore rares dans le domaine de l'habillement. Dans la grande distribution, on peut citer la marque Switcher. A plus petite échelle, il y a par exemple la chaussure Black Spot Sneaker (version alternative de la Converse). Il n'existe pas encore de label, sauf en ce qui concerne la production de coton biologique. Coop propose sa gamme Naturaline depuis dix ans. Depuis fin avril, Max Havelaar produit également une ligne textile.

Le Matin, 9 mai 2005

A partir du 28 avril 2005, Switcher, Manor, Migros, Helvetas et Balsiger Textil AG proposent des articles en coton et des textiles portant le label du commerce équitable. La gamme de ces nouveaux produits va des T-shirts aux cotons-tiges, en passant par les serviettes-éponges. Le coton provient de l’Inde, du Pakistan, du Mali et du Sénégal.
Si un article textile porte le label Max Havelaar, cela signifie que le coton dont il est fait a été cultivé par des petits producteurs certifiés pour le commerce équitable. Ceux-ci perçoivent un prix minimal garanti et une prime destinée à financer des projets communautaires. Les cultivateurs de coton s’engagent à respecter des critères sociaux et écologiques. De plus, toute la chaîne de transformation textile est transparente pour chaque produit et satisfait à des normes sociales reconnues et contrôlées par la fondation avec son réseau international.

www.maxhavelaar.ch/fr/medien_info/pressetexte.php?pressetext_id=36

Les huit Conventions fondamentales de l’OIT (liberté d’association et de négociation collective, élimination du travail forcé, de la discrimination et du travail des enfants) ont été ratifiées par l’écrasante majorité des pays (en moyenne 154 sur 177). Mais leur application par l’intermédiaire des lois nationales reste très déficiente.

Vers un développement solidaire, juillet 2005, p.39

Bono sort ses griffes... Il n'y a pas que le rock dans la vie de Bono. Le chanteur du groupe U2 vient de lancer Edun (www.edun.ie/), une nouvelle marque de vêtements attrayants et de bonne coupe qui procurera des emplois et permettra de stabiliser l’économie dans les pays en voie de développement. Ainsi, chaque paire de jeans porte la mention: "Nous montrons partout dans le monde qui sont ceux qui ont fabriqué nos vêtements".

Nice Matin, 25/03/05

"Pour la grande majorité des entreprises, l’éthique ... contribue parmi d’autres éléments à influencer et à fidéliser le consommateur."

Edouard de Broglie, La marque face à l’éthique, Paris, Village Mondial, Pearson Education France, 2002

Le coton biologique représente 0,08% du coton cultivé à travers le monde.

Activités

Une partie de la classe met sur pied une campagne publicitaire en faveur de jeans produits équitablement. Une autre partie fait de même en relevant les qualités des jeans de marque. Les élèves d’une autre classe visitent l’exposition et donnent leur point de vue.

Travaux de synthèse

Activités

1. A l’aide du tableau (à télécharger ici), rassemble, individuellement ou en groupe, tout ce que tu as appris sur la fabrication des jeans et les problèmes liés à leur production et leur commercialisation.

Confronte tes observations et questions avec celles de tes camarades,
puis complète, si nécessaire, ton tableau.
Ce que tu viens d’apprendre te fera-t-il modifier tes critères de choix lors de ton prochain achat de jeans?
Si oui, pour quelles raisons?
Sinon, pourquoi maintiens-tu tes idées de départ?

2. Sur la base de ce que tu viens d’apprendre:

  • donne ta définition de la mondialisation;
  • explique ses objectifs;
  • relève ses points positifs;
  • relève ses points négatifs.

 
 
Copyright © 2005 . Lauriedesign Sàrl - Graphisme & Web Design . Tous droits réservés.